Rencontre avec Germain Chauveau, directeur artistique, fondateur de Bold and Tall

DIVIE a rencontré Germain CHAUVEAU, directeur artistique, fondteur de Bold and Tall. Il a accepté de répondre à nos questions.

 

Vous signez la direction artistique de DIVIE. Racontez-nous la genèse du projet?

Alexandre m’a contacté pendant le premier confinement pour me parler de son projet. Il m’a expliqué la genèse et j’ai été agréablement surpris par sa démarche qui cassait les clichés que je pouvais avoir du CBD. De plus tout était à créer : le logo, l’identité visuelle, le packaging, l’image de la marque. J’ai accepté car l’idée était de prendre le contre-pied de ce qu’il pouvait se faire, d’en faire un vrai produit aussi beau que bon et de s’inscrire dans une démarche plus haut de gamme. On s’est entendu tout de suite sur l’envie de s’éloigner au maximum de l’imagerie « facile » de ce produit : feuille de cannabis et autres et de féminiser légèrement le CBD.

Comment avez-vous travaillé ?

Je viens de la presse, j’ai passé sept ans à la direction artistique du Vogue et deux au magazine ELLE et le but était d’avoir la même exigence sur l’image que sur la qualité du produit pour que l’on ait le même plaisir en découvrant la boîte que lorsqu’on ouvre son parfum préféré. Le packaging joue à la fois sur le côté très naturel : l’extérieur est clair, sobre et brut ; et de surprendre en glissant le fourreau sur un rouge franc presque comme un rouge à lèvre. On souhaitait pouvoir mettre DIVIE dans son sac sans qu’on puisse s’en cacher.

C’est assez loin de vos précédents projets, pourquoi avoir accepté ?

D’abord parce qu’Alexandre sait être très convaincant ! Et puis le fait d’être impliqué dès les premiers jours de la marque, de pouvoir créer « from scratch » était un défi excitant.

Connaissiez-vous le CannaBiDiol avant que Alexandre vous contacte ?

Très honnêtement pas vraiment et j’en avais une image plutôt pas très positive et très éloignée de mon mode de vie : je suis végétarien, mange bio et je n’ai jamais été attiré par les paradis artificiels… Alexandre m’a bien expliqué la différence entre THC et CBD. J’en ai parlé aussi à mon éthiopathe qui m’a expliqué les bienfaits du CBD et j’ai donc essayé, mais en étant pas très convaincu. Je dois avouer que je m’étais trompé : j’ai ressenti un certain apaisement et une réelle détente musculaire (des trapèzes aux orteils en passant par le ventre.) et aussi une plus grande sérénité avant une prise de parole en public.

Merci Germain.